Vers un management dispensateur d’expériences

Vers un management dispensateur d’expériences

“Le désir de plaire et les comportements de séduction semblent atemporels. Néanmoins, l’hypermodernité libérale marque une rupture majeure dans cette histoire millénaire, tant elle impose à nos sociétés la généralisation de l’ethos de séduction et la suprématie de ses mécanismes. Le mot d’ordre ne paraît plus être de contraindre, ordonner, discipliner, réprimer, mais de plaire”, observe Gilles Lipovetsky dans un ouvrage scrutant l’extension de ce phénomène dans toutes les sphères de la vie sociale : dans le commerce bien sûr, mais aussi de l’école à l’entreprise et jusque dans le monde politique (1).

 

Comme le philosophe l’explique dans un récent entretien, cette évolution trouve sa source dans le passage d’un capitalisme de production à un capitalisme de consommation dans lequel le consommateur devient “le sujet le plus courtisé de la planète” (2). Rien que de très banal si ce n’est qu’en raison de la satisfaction de ses besoins fondamentaux, l’individu contemporain “est moins en quête de statut, de reconnaissance sociale par les produits, qu’à la recherche d’émotions, de sensations, de communication. Il est devenu une sorte de collectionneur d’expériences, tout comme Don Juan collectionnait les femmes à son tableau de chasse”. L’auteur décèle ainsi l’émergence d’une “économie de l’expérience” dont les effets ne se limitent pas au seul marché.

 

Or, les consommateurs étant aussi des salariés, des citoyens, des électeurs, le “capitalisme expérientiel” diffuse progressivement ses valeurs et ses aspirations dans la société entière. Ainsi, il est patent que la quête perpétuelle d’émotions et d’expériences nouvelles ne concerne pas le seul marketing mais également le management. En effet, un salarié qui s’ennuie parce qu’il ne vit ou n’apprend plus rien de neuf dans son travail réagit de la même façon que le consommateur : en se détournant. Attentives à “l’expérience client”, les entreprises doivent prêter une attention croissante à “l’expérience salarié”.

 

 

 

(1) Plaire et toucher. Essai sur la société de séduction, par Gilles Lipovetsky, Éditions Gallimard, novembre 2017, 480 p. (2) Influencia, n° 22, septembre 2017.