L’action meilleur remède à la dépression

L’action meilleur remède à la dépression

 

“Beaucoup de personnes dépressives pensent qu’elles doivent se sentir mieux avant de faire des changements dans leur vie. Moi, je leur réponds : ‘Commencez par faire des changements maintenant, vite, et probablement vous irez mieux.” Ainsi s’exprime, dans la dernière livraison de la revue Cerveau & Psycho, un psychiatre partisan de la théorie d’activation comportementale (Tac).

Comme l’explique David Hellerstein, chercheur à l’Institut psychiatrique de l’Etat de New York, cette thérapie consiste à “amener les patients à identifier des activités enrichissantes, puis de les faire changer de comportement au quotidien, en apportant de petites améliorations chaque jour qui aboutissent à des changements plus importants.” En d’autres termes, elle consiste à inverser la causalité du processus de guérison. Plutôt que de “retrouver le goût de vivre pour agir”, elle propose “d’agir pour retrouver le goût de vivre”. Et les résultats sont là : selon une étude menée par le professeur Hellerstein 69 % des patients atteints de dépression grave et ayant bénéficié de cette thérapie se sont remis à travailler, ont trouvé un emploi ou créé leur propre entreprise?

Même si “comparaison n’est pas raison”, impossible de ne pas y voir une analogie avec notre méthode d’accompagnement du changement, prônant “la transformation dans l’action”. En effet, tandis que la plupart des théories du changement suggèrent de gagner l’adhésion des collaborateurs avant de passer à l’action, nous considérons – et vérifions – que c’est plutôt en passant à l’action que l’on surmonte les craintes et les réticences, et que l’on obtient l’adhésion.

(1) Cerveau & Psycho n° 85, février 2017.