Le charisme : une vision en action

Le charisme : une vision en action

“Une boîte qui ne tient que par le charisme de son boss, ça n’existe pas”, affirme Georges Mohamed-Chérif, fondateur de l’agence de pub Buzzman dans un entretien accordé au magazine Management (1). Il n’empêche… Alors que le libre engagement des salariés se substitue toujours plus au lien de subordination, le charisme représente tout de même un sacré atout !

Une condition toutefois : ne pas se méprendre sur sa définition et son alchimie. Expert en “efficacité relationnelle”, Joël Berger définit le charisme comme “l’art d’être suivi” (2). Un art qui ne tient ni de la magie ni de la grâce divine et qui, n’en déplaise à de nombreux gourous, ne saurait non plus résulter d’artifices. Le charisme n’est pas la séduction. Il ne tient pas à un look, à un timbre de voix ou à l’intensité d’un regard… Ou alors très superficiellement.

Revêtir un col roulé noir à la Steve Jobs ne suffit évidemment pas à acquérir son charisme car celui-ci reposait sur un ingrédient autrement plus exigeant : la vision. “Savoir où l’on veut aller est la première qualité requise pour embarquer les autres”, souligne  Béatrice Toulon, auteur d’un ouvrage sur le sujet (3). Certes le patron d’Apple savait ciseler ses formules, calibrer ses interventions publiques, mais si tout le monde se souvient aujourd’hui de son “Ceci est une révolution”, asséné en présentant le premier IPhone, c’est parce que ce smartphone incarnait bel et bien une vision de l’avenir des technologies grand public.

Cet épisode souligne le second ingrédient indispensable au charisme : l’action ! En effet, le charisme ne passe pas seulement par des mots et des promesses mais par des décisions, des actes et des réalisations. Steve Jobs ne se contente pas de discourir sur l’essor des technologies mobiles, il entraîne ses collaborateurs dans une stratégie de conquête. De la même façon, “lorsque Elon Musk, fondateur de PayPal prône l’avènement d’une économie à l’électricité solaire, il lance SolarCity”. Dans un autre registre, lorsque Charles de Gaulle, unanimement admiré pour son charisme, a lancé son appel du 18 juin, il n’en est pas resté à un simple énoncé de considérations morales, géopolitiques et militaires. Il a enjoint les Français à le rejoindre pour continuer le combat.

Cet exemple souligne un point crucial trop souvent oublié : le chef charismatique ne se contente pas de dire, prédire ni même d’agir. Il demande explicitement aux autres de se joindre à lui et de contribuer à la réalisation d’un projet. Le vrai charisme est une relation aux autres.

(1), (2) Dossier “Dopez votre charisme”,
Management, février 2017. (3) Oui, vous avez du charisme !,
par Béatrice Toulon, Éditions Dunod, avril 2015, 184 p.,