Être entrepreneur : une question de passion plus que de statut !

Être entrepreneur : une question de passion plus que de statut !

Quest-ce quentreprendre ? Une ambition personnelle et collective qui peut paraître déraisonnable aux yeux de ceux qui nen prennent pas le risque, répond Alain Simonnet dans une livraison de la revue Constructif consacrée aux entrepreneurs (1). Le PDG du groupe Axyntis, et enseignant à Paris-I Panthéon-Sorbonne, rejoint ainsi les nombreux experts qui estiment que ceux-ci se distinguent avant tout par leur état desprit.

 

Il nen a pas toujours été ainsi. Auparavant, ils étaient avant tout définis par leurs fonctions, voire leur rôle singulier dans la mobilisation et lorganisation des moyens de production. Comme lindique Gaspard Koenig, écrivain et président du think tank Génération libre, cest Joseph Schumpeter qui, le premier, a sauté le pas en observant le rôle du désir dans la démarche entrepreneuriale.

 

Quelle est alors la motivation de lentrepreneur ? Pour la comprendre, Schumpeter sexcuse de devoir recourir à une analyse psychologique. Quelle surprise et quel embarras, pour un économiste, de découvrir que le moteur du progrès économique est un facteur non économique ! La volonté de puissance ? Le désir dindépendance ? La joie de créer ? Lillusion de construire son propre royaume ? Quoi quil en soit, la perspective financière nintervient quen second lieu. Si lon veut devenir riche tranquillement, il suffit dintégrer une banque dinvestissement. Il y a au contraire une passion nietzschéenne dans lascèse, le sacrifice de soi, l’énergie disproportionnée que demande lentrepreneuriat, écrit-il.

 

Une remarque que ne contredirait pas Steve Jobs, lui qui, dans son fameux discours devant les étudiants de Stanford, les exhortait à “rester insensésau sens dimprudents audacieux. Au sens de non-conformistes aussi, car, précise Gaspard Koenig, comme le scientifique qui brise des tabous bien ancrés, lentrepreneur choque. Comme le fils de famille qui part sur des routes de traverse, lentrepreneur dévie. Lentrepreneur ouvre les voies dun avenir différent.

 

Ce portrait a une autre implication : admettre que lon peut être entrepreneur sans en avoir formellement le statut. Ce nest que justice car, dans un monde complexe et incertain, les managers qui sengagent avec énergie, passion et intelligence pour mener à bien des projets de changement méritent bel et bien d’être reconnus pour de véritables entrepreneurs. Comme le remarque Nicolas Carydis, régional manager du cabinet de recrutement PageGroup, pour relever les défis contemporains, les entrepreneurs doivent être managers et les managers entrepreneurs (2) !

 

(1) Dossier Les entrepreneurs, in Constructif n° 47, juin 2017, consultable sur www.constructif.fr.
(2) Courrier Cadres, juin-juillet 2017,