Pas d’avenir sans souvenir ni désir

Pas d’avenir sans souvenir ni désir

Nous avons souvent tendance à penser que le poids de nos souvenirs nous leste, nous empêchant ainsi de nous projeter librement dans lavenir. Doù la tentation, pour les individus, mais aussi les organisations, de simaginer sans passé ni attaches pour devenir plus agile

 

Comme le rappelle un récent dossier de la revue Sciences Humaines, il sagit toutefois dune dangereuse illusion, car, comme lont démontré les recherches en psychologie et en neurologie, revivre un événement ou lanticiper sont deux opérations cognitives étroitement liées, deux modalités de voyage mental dans le temps. Autrement dit, pour élaborer des projets, envisager des scénarios possibles, formuler des hypothèses et faire des choix, les êtres humains mobilisent aussi leurs souvenirs et leurs expériences.

 

Plus significatif encore: cette capacité à se mouvoir dans le temps est intimement liée à notre sentiment didentité. Comme le souligne Pascale Piolino, chercheuse au laboratoire Mémoire et cognition de luniversité ParisV-Inserm, celui-ci se construit à partir de la perception de soi dans le moment présent, comme continuité de soi dans le passé et comme prélude de soi dans le futur. Si bien que lorsque, chez un individu, les allers-retours vers le passé ne sont plus possibles ou limités, notre identité va perdre son caractère dynamique pour sinscrire dans le seul présent.

 

Lobservation nest pas neutre pour les managers chargés de porter des projets de changement: elle souligne en effet que pour susciter leur adhésion et minimiser leur possible anxiété, les projets doivent de préférence respecter lidentité du groupe, représenter le nouvel épisode dune longue histoire plutôt quune table rase.

 

Autre découverte fondamentale: se projeter dans le futur, imaginer ce que pourrait être notre vie est essentiel à notre santé mentale et même à notre bonheur. Sans voyage mental possible, notre monde interne se trouverait terriblement restreint. Notre moi serait claustré dans un présent sans histoire ni perspective. Bref, un cauchemar pour les êtres de désir que nous sommes, précise Sciences Humaines. Une observation qui vient valider nos propres observations: bien menés, les projets de transformation sont, pour les travailleurs, des expériences exaltantes, sources de joie, de fierté et même de plaisir!

 

(1) Dossier Nos vies intérieures: un continent inexploré”, in Sciences Humaines, n° 294, juillet 2017.